Chap 9 : Mêmes joueurs jouent encore – épisode 1 – Extrait

Donc, après six mois d’entrainements, Caysha et moi avions fait pas mal de progrès mais ce n’était pas encore ça. Quand Zeus, sa sœur, ou même la famille, était présent, nous tenions le flux de fusion stable environ quarante secondes avant d’être obligés d’arrêter, notre attirance mutuelle devenant trop forte. On avait beau exprimer notre volonté profonde et inavouée, quelque part, ce manque de self-control, s’aggravant de tentatives en tentatives, commençait un peu à nous gêner. Je veux dire qu’on n’a jamais été prude, bien au contraire, mais en fusion stable, nous devenions de plus en plus sauvages, parfois même limite brutaux, alors qu’avant, nos rapports étaient de l’ordre de l’affectueux, du coquin et du passionnel, oui, mais dans la limite de ce que je qualifierais de ʺ normal ʺ – si tant est que des rapports humains normaux existent. De plus, comme notre flux s’intensifiait à chaque seconde, nos puissances se renforçant l’une l’autre, nous éprouvions toutes les difficultés du monde à le rompre, une fois passé du côté luxure de la force. Et donc, même si la famille était contente de nous voir renouer, ils commençaient, comme nous, à être un peu préoccupés par notre comportement. Du coup, peut-être quatre mois après le retour de ma sorcière, ils commencèrent à nous envoyer des ʺ chaperons ʺ régulièrement, histoire de nous forcer à garder le contrôle.

Ainsi, pendant cette période, les enfants firent plusieurs stages chez nous en mode camping. Ils furent d’ailleurs très contents de constater que le sort qui rendait Mini-Gaïa synchro avec Ouranos avait un effet dissuasif sur les fantômes du Purgatoire puisque ceux-ci avaient, semble-t-il, plus de difficulté qu’avant à venir les visiter. Mais bon, comme ça arriva quand même de temps à autre, on eut encore droit à des rouspétances d’adolescents, furieux d’avoir été dérangés dans leur douche ou autre, par de petits nuages trop curieux. A dire vrai, de tous, c’était Geoffrey le plus à l’aise chez nous, sa passion pour la nécromancie y étant probablement pour beaucoup. Il était littéralement fasciné par la planète des morts et passait ses journées à la dessiner, avec ses deux gros nuages à chaque pôle, sa ville de surface entourant le puits sans fond et changeant constamment d’aspect. Sans oublier les deux soleils orange tournant autour. D’ailleurs, à force de s’exercer, il devint presque aussi doué que ma sorcière pour le dessin.

Pour télécharger l’intégralité de l’ouvrage, rendez-vous ici.

Votre panier

Votre panier est vide

Abonnez-vous à notre newsletter

Nos liens partenaires

Si vous aimez nos designs :
scas productions

Si vous voulez acheter d'autres trucs cools :
soazetline

Le blog des petits poètes de l'apocalypse :
ragnavox