Chap 9 : Mêmes joueurs jouent encore – épisode 5 – Extrait

Cette nuit-là aura marqué un tournant décisif dans notre progression personnelle. Eh oui, ce fut à ce moment précis que nous nous recentrâmes véritablement sur nos priorités : reprendre le cours de nos vies par tous les moyens à notre disposition, sans raccourcis ni précipitation, en acceptant toute l’aide disponible. Et nous nous y tînmes puisque dès le lendemain, nous commençâmes la fameuse thérapie et nous laissâmes la famille nous entourer sans discontinuer, malgré quelques prises de becs ici et là. Le chemin vers un prompt et durable rétablissement promettait d’être long et difficile mais avec eux à nos côtés, il n’y a rien que nous n’aurions accompli. En parlant d’aide, le pauvre bougre choisi par Luc pour nous psychanalyser était un jeune garou hybride, plein d’idées avant-gardistes, donc juste ce qu’il nous fallait. Il était très apprécié de ses autres patients mais dès qu’il commença à nous évaluer, curieusement, il se rendit compte qu’il n’allait plus avoir de temps pour personne – pas même pour lui tant notre cas était atypique. Il se nommait Samuel Hazemayer et était un grand blond, droit dans ses baskets. Pour la petite histoire, il avait à peine plus de trente ans donc autant dire qu’il avait passé les deux tiers de sa vie sur Ouranos.

A la base c’était un enfant de conservateurs, abandonné par ses parents pour survivre, comme tant d’autres. Seulement, lui, contrairement à ses petits camarades, avait facilement adopté la politique laïque et libertaire du vaisseau, en contre-pied total avec son éducation. D’ailleurs, enfant, il commençait déjà à montrer des facilités dans la compréhension de la psyché humaine puisqu’il jouait constamment les médiateurs entre les orphelins de conservateurs et les orphelins de Lazarus, notre ancienne ville flottante détruite par ses pairs, après la guerre contre les Enochiens. Selon Luc, il était donc tout à fait indiqué pour nous analyser. Il se laissa même ensorceler pour être sûr de ne jamais parler du contenu de nos séances avec une personne non autorisée – en dehors de la famille, quoi. Ma sorcière pris également la précaution de le protéger de lui-même, avec un petit sort, pour qu’il puisse rester dans une pièce seul avec l’un de nous deux, sans être totalement désinhibé par notre pouvoir d’attraction – sinon, ça aurait pu être gênant pour nous et très dangereux pour lui, si vous voyez ce que je veux dire. Ainsi, à partir de ce moment, Caysha eut des séances tous les lundis et mercredis, et moi, tous les mardis et jeudis, en plus d’une séance commune les vendredis, une semaine sur deux.

 

Pour télécharger l’intégralité de l’ouvrage, rendez-vous ici.

Votre panier

Votre panier est vide

Abonnez-vous à notre newsletter

Nos liens partenaires

Si vous aimez nos designs :
scas productions

Si vous voulez acheter d'autres trucs cools :
soazetline

Le blog des petits poètes de l'apocalypse :
ragnavox