Chap 9 : Le prix d’un sursis – épisode 2 – Extrait

Enfin bon, sur cette bonne nouvelle, Caysha et moi partageâmes nos pouvoirs pour passer à l’extérieur de la base et nous concentrer sur la population mondiale, afin de lui parler à l’unisson :

ʺ Votre attention tout le monde, ce sont les éternels qui vous parlent. Il y a un peu plus de trois semaines, nous avons quitté la Terre, pour l’empêcher d’être détruite par l’impact d’astéroïdes géants. En revenant, nous avons constaté à quel point Michaël avait vu juste, dans ses dernières déclarations. Vous avez déclenché une guerre insensée pour des ressources qui ne vous sauveront pas car, croyez-le ou non, la Terre va être totalement détruite par le soleil d’ici à juin prochain et ne sera déjà plus vivable d’ici à fin décembre. Nous nous sommes organisés pour sauver ceux d’entre vous qui, selon nous, le méritent et nous allons venir les chercher. Pour les autres, nous n’avons qu’une chose à dire : brûlez bien en enfer. ʺ

Malgré ses courbatures particulièrement douloureuses, ma pimousse tint bon jusqu’à la fin de notre petit speech et même au-delà, car, tout de suite après, nous ne relâchâmes pas notre concentration et téléportâmes auprès de nous tous les anciens de Lazarus et autres modérés encore en vie. Sur les deux cent soixante millions de gens qui étaient jadis de notre côté, il n’en restait désormais que cent cinquante mille, encore dispersés aux quatre vents, parmi lesquelles : cent cinq mille garous modérés, à peine cinq cents humains, non porteurs du gène létal, et cinquante mille anciens de Lazarus dont, vingt mille vampires, vingt mille garous et dix mille créatures magiques de toutes sortes. Finalement, avec nos deux cent cinquante mille personnes déjà auprès de nous, ça nous fit un peu plus de quatre cent mille âmes sous notre protection directe. Nous étendîmes donc le périmètre sécurisé autour de notre base à tout le désert australien et raflâmes toutes les ressources alimentaires déjà produites mais non encore distribuées aux populations, pour les entreposer chez nous. Quant à toutes celles en cours de production, comme les cheptels de bétail, les vergers, les champs… nous les clôturâmes magiquement à distance, pour que personne à part nous ne puisse s’y servir.

Ah ça, ils avaient voulu la guerre et c’était très exactement ce qu’ils venaient d’obtenir parce qu’en plus du temps compté, ils allaient vite découvrir que nous n’étions plus vraiment disposés à partager équitablement les fruits de notre chère planète. D’autant que, sans le vouloir, ils nous avaient rendus encore plus forts, ma sorcière et moi. Ben oui, en tuant tous ces gens, ils provoquèrent une nouvelle hausse de notre puissance, ce qui nous permit, entre autres, de téléporter nos cent-cinquante mille nouveaux réfugiés en une seule fois, quelque fut leur position de départ. Bon, je reconnais que la spoliation des ressources peut paraître extrême, comme mesure, mais vous avouerez qu’ils l’avaient bien cherchée.

Et comme de bien entendu, dès le lendemain, nous vîmes débarquer des armées de conservateurs, installant des camps de base, tout autour de notre périmètre protégé. Pour venir, ils utilisèrent massivement notre propre réseau de bornes de téléportation, alors même que Luc l’avait rétabli dans le seul but de faciliter le retour de nos réfugiés. Mais en fin de compte, qu’ils utilisent ou on nos équipements n’était pas vraiment un problème. Notre base avait résisté à des attaques d’Enochiens, elle était donc encore mieux protégée que Lazarus et même si nos nouveaux ennemis avaient disposés d’une seconde station spatiale, avec Caysha et moi dans l’équation, ils ne représentaient déjà plus la moindre menace pour nos gens. En plus, dans la mesure où nous disposions de toutes les ressources disponibles, ils pouvaient rester là longtemps – sans parler du fait qu’on ne peut pas vraiment assiéger des personnes qui se téléportent…

 

Pour télécharger l’intégralité de l’ouvrage, rendez-vous ici.

Votre panier

Votre panier est vide

Abonnez-vous à notre newsletter

Nos liens partenaires

Si vous aimez nos designs :
scas productions

Si vous voulez acheter d'autres trucs cools :
soazetline

Le blog des petits poètes de l'apocalypse :
ragnavox