Chap 9 : Le prix d’un sursis – épisode 1 – Extrait

En fin de compte, il nous aura fallu pas moins de quatre téléportations à pleine puissance juste pour atteindre notre tout premier astéroïde ʺ exterminateur ʺ. Et je peux vous dire qu’il était vraiment énorme, au point que j’eus l’impression d’arriver à flanc de montagne. Avant notre départ, Caysha m’avait dit que nous n’allions pas pouvoir dévier ces monstres en les frappant de toutes nos forces – avec des vagues d’énergie ou nos petits bras –, sous peine d’en être éjectés et surtout, de mal maîtriser leur degré de déviation – sans parler du fait que pour espérer finir ce marathon spatial, il allait nous falloir économiser nos ressources au maximum. Selon ses calculs, la méthode la plus efficace allait donc être de les pousser, encore et encore, jusqu’à ce qu’ils ne risquent plus de croiser le chemin de notre planète, dans leur course folle. Et pour pousser, ça, nous poussâmes. En fait, ça se passa à chaque fois comme suit : elle se positionnait devant moi, pour que je l’encercle de mes bras squelettiques, puis, nous conjuguions nos pouvoirs pour nous propulser, nos ʺ hôtes ʺ et nous, hors de portée de notre monde, en dégageant de petites vagues d’énergie dans notre dos. Notre timing se devait d’être parfait car avec leur vitesse de chute, nous risquions d’être rapatriés sur Terre en taxis cosmiques si nous perdions trop de temps sur chacun d’eux.

En bref, ma pimousse calculait notre trajectoire en temps réel et dès que notre jeu de poussepousse était effectif, nous passions à la bombe suivante. En ce qui concernait mes forces, afin de recharger mes batteries et sustenter ma femme, j’emmagasinais l’énergie gravitationnelle des planètes à proximité, en l’occurrence, Jupiter et ses satellites. Au début, la puissance du ʺ Dieu du ciel ʺ nous donna une telle pêche que nous nous sentîmes encore mieux que sur Terre. Pour tout vous dire, nous n’eûmes même pas besoin de récupérer de nos quatre téléportations successives tellement nous arrivâmes chargés à bloc. Le problème fut qu’à mesure que nous nous téléportions d’astéroïdes en astéroïdes, nous nous éloignions de la géante gazeuse, entrainés dans la chute des restes de son Ganymède. Pour ne rien arranger, ces corps célestes étaient de plus en plus énormes et lourds, à mesure que nous nous rapprochions du cœur de l’impact même si, heureusement pour nous, la plupart se dirigeait vers le soleil et seuls quelques uns vers la Terre, Mars et Mercure. Ces deux dernières étaient bien parties pour subir le sort que nous essayions d’épargner à notre monde et quelque part, j’en fus attristé mais bon, on ne pouvait pas être partout.

Nous lutâmes avec ces maudits débris passant d’un monstre à l’autre, sans repos ni répit, des jours durant. D’ailleurs, nous perdîmes très vite toute notion du temps tellement nous nous concentrâmes sur notre tâche. Caysha et moi devions affronter une vingtaine d’exterminateurs mais dans les faits, il y avait aussi quelques morceaux plus petits à pulvériser au passage. Nous avions prévu que les restes de nos explorations spatiales, polluants l’orbite basse de notre planète, serviraient de bouclier à celle-ci mais ils n’étaient pas tous assez denses ou assez gros pour arrêter les cailloux que nous voyions passer. Nous en avons donc profité pour balayer un peu, ne laissant que les plus petits passer nos filets. Par contre, plus nous nous rapprochions de la Terre, plus je retrouvais mes forces, mais plus notre timing était serré, l’attraction terrestre rendant nos déviations plus difficiles et par conséquent, plus longues à mesure que la distance entre notre monde et nous diminuait. Malheureusement, ce ne fut pas le seul écueil que nous dûmes affronter, loin s’en faut. En effet, nous eûmes amplement le temps de voir de nos propres yeux – ou plus précisément, ceux de ma sorcière puisque techniquement, je ne disposais plus des miens – le phénomène à l’origine de cette catastrophe et je vous assure qu’à notre place, vous n’en auriez pas cru les vôtres.

 

Pour télécharger l’intégralité de l’ouvrage, rendez-vous ici.

Votre panier

Votre panier est vide

Abonnez-vous à notre newsletter

Nos liens partenaires

Si vous aimez nos designs :
scas productions

Si vous voulez acheter d'autres trucs cools :
soazetline

Le blog des petits poètes de l'apocalypse :
ragnavox