Chap 8 : Interventions (presque) divines – épisode 6 – Extrait

Pour résumer, notre travail venait de garantir que même un gros bleu, au maximum de sa puissance, n’avait plus aucune chance de passer au travers de notre défense, même en l’attaquant en fusion simple avec sa femme. On ne s’inquiétait pas de savoir s’il y parviendrait en fusion stable, Zeus nous ayant assuré que le géant n’avait ni la volonté, ni les connaissances, ni même suffisamment d’affinités avec sa moitié pour y parvenir avant quelques siècles. Et bien sûr, qui disait Egoran en défaut, disait également Guilde en défaut, car même le plus puissant mortel, avec toute la technologie offensive que nous leur connaissions, n’aurait pu rivaliser avec le plus faible des éternels – donc, Caysha ou moi, au choix –, au meilleur de sa forme. Encore maintenant, d’ailleurs. Le plus beau étant qu’avec sa nouvelle capacité d’absorption, notre bouclier oppenheimer n’était plus seulement en mesure d’encaisser et de renvoyer un seul de nos assauts mais bien une attaque multiple, d’assez grande ampleur. Encore une fois, nous le testâmes en l’attaquant plusieurs fois en état de fusion stable et même si nos vagues éclairs n’étaient pas encore à la hauteur des espérances de Zeus, cinq ou six d’affilées faisaient déjà leur petit effet – c’était exténuant mais le jeu en valait la chandelle. Effet bonus, notre canon-bouclier se renforçait à chaque impact, grâce au sort caoutchouc, et permettait à tous les êtres vivants en contact avec les surfaces protégées, de bénéficier de la même résistance que la coque, merci au sort d’adaptabilité des bracelets de téléportation.

Quoi qu’il arrive, nous gagnions sur les deux tableaux. En cas d’attaque, même d’une puissance équivalente à une de nos vagues d’énergie en fusion stable, non seulement l’oppenheimer allait être capable de riposter avec la même force mais, en plus, il allait renforcer la résistance de l’embarcation toute entière et rendre temporairement l’équipage aussi indestructible et caoutchouteux que ladite embarcation. Malheureusement, Caysha ne parvint pas à rendre les êtres vivants durablement indestructibles, comme nos structures artificielles. En fait, comme les êtres vivants évoluent sans cesse, le sort agit à l’impact puis s’estompe après quelques minutes et ce, même s’il se renouvelle et se renforce à chaque attaque. Ma sorcière était donc très contrariée par ce défaut, qu’elle considérait comme un inconvénient majeur, mais à moins de transformer tout le monde en cyborgs, elle a bien dû se résoudre à faire avec – et croyez-moi, ses souris de labo payèrent le prix fort avant qu’elle ne lâche l’affaire.

 

Pour télécharger l’intégralité de l’ouvrage, rendez-vous ici.

Votre panier

Votre panier est vide

Abonnez-vous à notre newsletter

Nos liens partenaires

Si vous aimez nos designs :
scas productions

Si vous voulez acheter d'autres trucs cools :
soazetline

Le blog des petits poètes de l'apocalypse :
ragnavox