Chap 8 : Interventions (presque) divines – épisode 5 – Extrait

C’est assez dur à expliquer mais la fusion stable c’est comme sentir son corps être envahit par une intense chaleur, mêlée de toutes sortes d’émotions venant à la fois d’ailleurs et du plus profond de vous. Pour tout vous dire, rien que la synchronisation énergétique fait que nos deux corps luisent de l’intérieur, tels des lucioles en pleine nuit, tant nos puissances conjuguées se renforcent l’une l’autre. Le problème à ce moment-là étant que dès qu’on sentait la personnalité de l’autre nous envahir, accompagnée évidemment de son lot d’émotions, cela faisait remonter tout ce que nous voulions garder enfouit. Ça nous donnait alors l’impression d’être totalement submergé et étouffé par ce flux grandissant et notre premier réflexe était donc de tout arrêter, pour garder le contrôle de nous-mêmes. Dans un contexte normal, lâcher prise et se laisser aller est déjà tout sauf évident mais là, comme je l’ai dit, nous en étions juste incapables.

En conséquence, après chaque échec, Caysha et moi nous nous disputions le droit de blâmer l’autre pour avoir déstabilisé le flux et interrompu la synchronisation en premier. Un coup c’était elle, un coup c’était moi et je ne saurais même pas dire combien de fois nous réessayâmes, en ce premier jour d’entrainement. Pour tout vous dire, la nuit était déjà bien avancée quand j’ai commencé à avoir vraiment faim. Zeus proposa alors de faire une toute dernière tentative avant d’arrêter et cette fois, il nous demanda de lancer la plus puissante vague d’énergie que nous étions capables de déployer, malgré le tout petit flux que nous avions tant de mal à maintenir plus de quelques secondes. Nous étions donc sous son dôme, Junon filmant la scène depuis l’extérieur à la demande de Caysha, quand il se positionna en face de nous en portant mon bracelet de téléportation, histoire de nous démontrer la puissance de sa technique, même non maîtrisée, en quantifiant notre attaque. Petite précision, nos bracelets génèrent un bulle protectrice, capable de mesurer l’impact des assauts reçus et conservent les données même s’ils ne résistent pas auxdits impacts.

Ma femme et moi nous nous prîmes donc par la main, commençâmes à nous synchroniser et à peine commencions-nous à briller de l’intérieur, preuve que le flux était en train de s’établir, que le contrôle nous échappait déjà. Nous libérâmes donc notre attaque avant de perdre définitivement la synchronisation et de finir comme à chaque fois, sur les rotules dans un vieux flash de pétard mouillé. Tout alla très vite mais pour la première fois, nous étions parvenus à générer une vague d’énergie d’une puissance bien supérieure à tout ce dont nous avions été capables jusqu’à présent, même en fusion simple. Pour être tout à fait honnête, nous fûmes même éjectés contre les parois du dôme par l’onde de choc produite lorsque notre vague atteignit Zeus. Lui, en revanche, une fois la poussière dissipée, nous le découvrîmes toujours à la même place et sans la moindre égratignure. C’était d’autant plus injuste que nos os à nous avaient encore des bleus.

Pour télécharger l’intégralité de l’ouvrage, rendez-vous ici.

Votre panier

Votre panier est vide

Abonnez-vous à notre newsletter

Nos liens partenaires

Si vous aimez nos designs :
scas productions

Si vous voulez acheter d'autres trucs cools :
soazetline

Le blog des petits poètes de l'apocalypse :
ragnavox