Chap 8 : Interventions (presque) divines – épisode 4 – Extrait

Une fois l’ʺ aire de jeux ʺ terminée, je fus désigné volontaire pour être évalué en premier. Pour ce faire, Zeus me demanda de le frapper de toutes mes forces – bizarrement, je ne me suis pas fait prier même si je l’ai vite regretté. Donc, à peine eussè-je franchi le seuil de son ring, que je fonçais vers l’adolescent en tongs, de toute ma vitesse désormais dix mille fois supersonique, pour lui donner LE coup de poing au visage, que j’espérais mémorable. Malheureusement, tout ce que je parvins à faire, c’est mesurer notre différence littéralement abyssale de niveau. Ah ça, je me suis complètement explosé le bras lors de l’impact, et quand je dis ʺ explosé ʺ, je dis que mon squelette était intact mais que toute l’enveloppe charnelle autour éclata totalement jusqu’à l’épaule, tel un vulgaire ballon de baudruche. J’éprouvais alors une douleur indescriptible, qui dura plusieurs minutes au-delà de la reconstruction de mon bras. Pourtant, cette dernière ne prit que quelques secondes – mes os eurent des bleus, si si, je vous jure. Quant à mon punching-ball ambulant, lui, pas une égratignure, pas même une vague marque sur la joue. Il flottait simplement au-dessus du cratère de plusieurs mètres, que l’onde de choc de mon coup avait créé sous ses pieds et qui se refermait à vue d’œil.

Devant ce spectacle, vous vous doutez bien que Caysha ne fut pas très motivée pour prendre ma suite. D’autant que moralement, elle n’était vraiment pas à son top, comme si elle était constamment partagée entre des sentiments de lassitude intense, de pessimisme outrancier ou de panique extrême. Je vous avoue que sans être beaucoup mieux moi-même, j’avais parfois du mal à suivre. Néanmoins, il n’a suffi à Zeus que quelques mots, pour qu’elle perde toute mesure et lui tombe dessus comme la misère sur le monde – vous ai-je déjà précisé que sa facilité à nous manipuler m’énervait au plus haut point ? Pour l’histoire, il lui a simplement dit, je cite : ʺ T’aurais dû m’écouter, on n’en serait pas arrivé là. ʺ Bien sûr, vous vous demandez surement pourquoi il a choisi ces mots. Eh bien parce que ce sont exactement ceux prononcés par Egoran, juste avant que ma sorcière ne soit opérée du cerveau. En plus, Zeus ne se contenta pas d’imiter l’intonation si caractéristique du gros bleu, il prononça ces mots avec la même voix caverneuse, au point que c’en fut bluffant de réalisme. Ma ninjette se précipita donc sur lui et là où moi je n’ai donné qu’un seul coup, qui me suffit amplement pour me dissuader de recommencer – à jamais –, elle, elle se déchaîna totalement. Non, sérieusement, elle le frappa de toutes ses forces, à je ne sais combien de reprises, jusqu’à écrabouiller toute la peau et les muscles de ses phalanges sur le visage du simili-ado.

Elle eut beau renforcer son enveloppe charnelle, beaucoup plus fragile que la mienne, en me faisant un bisou sur ma main endolorie avant d’attaquer, quand les effets s’estompèrent après quelques secondes, elle enchaîna avec des sorts élémentaux et des vagues d’énergie surpuissantes. Elle les lança même avec ses pieds, sans se soucier une minute de ses mains décharnées ou de la douleur occasionnée par ses premiers assauts. D’ailleurs, heureusement que je n’étais plus dans la surface au moment de son attaque, parce que sinon, j’aurais aussi fini en charpie, vu sa violence. Je vous jure, je ne l’avais jamais vue aussi enragée. D’ordinaire en combat, elle était farouche et effrayante, oui, mais là, c’était l’équivalent d’un ʺ Hulk ʺ miniature, genre ʺ petit pimousse ʺ hors de tout contrôle. Au point que j’en eus mal aux tripes de la voir comme ça.

Pour télécharger l’intégralité de l’ouvrage, rendez-vous ici.

Votre panier

Votre panier est vide

Abonnez-vous à notre newsletter

Nos liens partenaires

Si vous aimez nos designs :
scas productions

Si vous voulez acheter d'autres trucs cools :
soazetline

Le blog des petits poètes de l'apocalypse :
ragnavox