Chap 7 : Poursuite – épisode 1 – Extrait

Alors, comment expliquer à son beau-frère que non seulement, on a été incapable – encore – de protéger sa sœur jumelle adorée mais qu’en plus, on l’a perdue ? Eh bien, en fait, on ne le fait pas, tout simplement. Franchement, j’étais tellement paniqué à l’idée d’une Caysha amnésique entre les mains d’Egoran, que je n’ai même pas fait exprès d’éluder cette question fatidique que Fred venait de me poser. Surtout qu’au moment où il me parla, j’étais déjà focalisé sur ma télépathie, dans l’espoir de rétablir le contact avec ma sorcière. Tant et si bien que je suis directement passé de ʺ salut, comment je suis arrivé là ? ʺ à ʺ tais-toi que je me concentre ! ʺ. Malheureusement, malgré mes efforts, toutes mes tentatives se soldèrent par une vive douleur dans la tête de ma femme, perçue dans la mienne, comme si je me torturais moi-même l’esprit. J’ai quand même persisté jusqu’à sentir mon nez et mes oreilles saigner, mais comme en réalité, il n’en était rien, je compris vite qu’il s’agissait de ses sensations à elle et j’ai donc arrêté net. J’étais désemparé et encore désorienté, ne sachant pas quoi faire pour retrouver ma moitié que je ressentais à l’agonie. A dire vrai, toujours sans prêter la moindre attention aux autres, j’en suis même arrivé à appeler Zeus à l’aide – aux grands maux les grands remèdes –, le sachant capable de débarquer à la simple mention d’un barbecue à voix basse. Mais tout éternel surpuissant qu’il était, il resta irrémédiablement sourd à mes supplications hystériques, qui pourtant, durèrent un bon moment. A bout de forces, je finis donc par m’écrouler à terre et à fondre en larmes, continuant tant bien que mal à hurler mon désespoir.

Epuisé nerveusement, je n’avais simplement plus la force de me retenir et encore moins celle d’expliquer mon comportement. Heureusement, grâce à son pouvoir de démon vengeur, Luc absorba une partie de ma colère quand il m’aida à me relever, ce qui me permit de me calmer un peu. Il en profita d’ailleurs pour me rappeler, de son ton paternaliste, que ce n’était pas en m’apitoyant sur le sort de Caysha que j’allais la sortir d’affaire. Il avait raison mais j’avoue que je n’étais pas en état de faire autrement. Quoi qu’il en soit, après quelques minutes, je fus assez stable pour partager les grandes lignes de ce qui s’était passé, entre la trahison d’Egoran et la mise en œuvre de son plan machiavélique pour se venger de la Guilde. Fred et les autres furent plus que révulsés par mon récit, surtout concernant le rôle que le géant voulait faire tenir à ma dame. Ils avaient imaginé le pire et voilà que je trouve le moyen d’en rajouter – et pourtant, vous vous doutez bien que je ne suis pas entré dans les détails. Les garçons, ma sœur et mon beau-frère – tout le monde sauf Luc, en fait – se doutaient bien que quelque chose de très grave était survenu mais ne s’attendaient surement pas à ce qu’un éternel agisse de la sorte.

Après m’avoir écouté attentivement, Scylla me força doucement à la suivre jusqu’à la salle de bains du Bohemian, comme elle l’aurait fait avec un enfant vaguement récalcitrant, pour me débarbouiller et passer des vêtements propres. Là, avant de me trainer jusque dans la douche, elle prit soin de vérifier que je n’avais plus de corps étrangers, pris dans mes blessures fraichement refermées, avec l’aide du diagnostiqueur d’un bracelet de téléportation. Puis, une fois rassurée, elle ensorcela l’eau du robinet, pour que celle-ci ait un effet apaisant, en plaçant sa bague magique à la base du pommeau. Ensuite, toujours sans sortir de la pièce – genre j’allais m’ouvrir les veines –, elle attendit patiemment que je me lave et m’habille, tandis qu’à travers la porte, Fred, Tristan, Nathan et Sofiane me racontaient brièvement leurs dernières aventures.

Pour télécharger l’intégralité de l’ouvrage, rendez-vous ici.

Votre panier

Votre panier est vide

Abonnez-vous à notre newsletter

Nos liens partenaires

Si vous aimez nos designs :
scas productions

Si vous voulez acheter d'autres trucs cools :
soazetline

Le blog des petits poètes de l'apocalypse :
ragnavox