Chimères

La saga des éternels

Chap 5 : Rivalités – épisode 2 – Extrait

Compte tenu de l’énergie nécessaire à l’utilisation de ces objets, il était rare que quelqu’un en possède plus d’un et en fasse usage constamment. Du coup, lors des explorations, les magiciens de naissance gardèrent leurs prérogatives en cas d’accrochages, car même le plus puissant artéfact magique ne pouvait rivaliser avec tout un éventail de pouvoirs naturellement acquis. De plus, les garous et les vampires n’avaient pas à puiser dans leurs ressources psychiques pour utiliser leurs armes de poing, en conséquence, en mission, il était préférable pour eux de les utiliser plutôt que d’user d’un autre objet magique épuisant leur esprit. Ça mis à part, d’un point de vue général, l’épanouissement personnel des profanes par l’usage de la magie fut considéré comme une évolution heureuse par presque tout le monde – il y a toujours des rabat-joies, quel que soit le sujet. Donc, quand nous vîmes la famille adopter cette évolution, Caysha et moi en fûmes d’autant plus ravis. Ça nous donna l’occasion de les aider à développer leurs nouvelles aptitudes, au-delà d’Open Space et de nos obligations habituelles. Nous étions déjà proches d’eux mais ces nouveaux moments de complicité renforcèrent encore nos liens. Par ailleurs, comme les enfants étaient tous grands, je sentais les résistances de ma femme, quand à la question de refaire des enfants, s’amenuiser lentement mais surement. J’allais donc peut-être enfin réussir à la convaincre de sauter le pas et, sans forcément oublier la perte de nos jumeaux, réussir à lui redonner confiance en elle sur ce point – sacré challenge mais je ne lâchais pas l’affaire pour autant.

Autre évolution importante, l’usage d’objets magiques étant parfois périlleux, ne serait-ce que d’un point de vue vestimentaire, de nouveaux produits textiles firent leur apparition, pour habiller tout le vaisseau. Dès lors, nos vêtements s’adaptèrent automatiquement aux transformations de leur porteur, quelles qu’elles soient, y compris pour les changements de textures de peau ou de taille. Les Ouranautes purent donc, soit utiliser les modèles de vêtements standards pour renouveler leur garde-robe, soit, comme toujours, piocher dans les stocks de produits bruts pour créer les leurs – comment c’est pratique la magie automatisée quand même. Il faut savoir que même si tout Ouranos était ʺ Vinsen Proof ʺ, je me retrouvais quand même régulièrement les fesses à l’air du fait que nos combinaisons ne résistaient pas à mes transformations, comme lors de ma bataille contre les ʺ sirènes-chats ʺ. Elles se réparaient toutes seules, conformément au sort, mais souvent, n’étaient déjà plus sur moi à ce moment-là – en gros, j’avais le même problème qu’Hulk avec ses t-shirts. Ma sorcière trouva donc plus pratique de créer des tissus aussi adaptatifs que nous, pour m’éviter de me retrouver littéralement cul nu devant tout le monde – non pas que ça me dérange mais bon…

Evidemment, quitte à rhabiller tout le vaisseau, nous en profitâmes pour revoir également notre copie en ce qui concernait toutes nos combinaisons d’exploration. C’était toujours des tenues blanches, marquées du sigle d’Open Space, un O surmonté d’une petite étoile superposé à un S sur fond d’éclipse de lune, mais elles étaient désormais faites d’un mélange magique de coton et de fibres de diamant ultra-résistantes, devenant beaucoup plus seyantes. Pour tout vous dire, il suffisait que leur porteur les touche pour qu’elles s’adaptent directement à sa morphologie, aussi petite ou singulière soit-elle. Idem, nous ensorcelâmes nos bracelets de téléportation pour qu’ils aient la même propriété et donc éviter qu’ils ne se brisent comme celui que j’avais perdu lors de cette fameuse aventure sous-marine – lui aussi s’était réparé tout seul mais s’était complètement déchargé au passage.

Pour télécharger l’intégralité de l’ouvrage, rendez-vous ici.