Chap 4 : Compagnons d’âmes – épisode 2 – Extrait

Maintenant que le décor est planté, voici comment ça s’est passé. Luc et son équipe en étaient à leur troisième jour de fouilles autour d’un arbre-village, incendié et déserté depuis longtemps, quand ils tombèrent sur un ancien champ de bataille, transformé en cimetière naturel. Caysha et moi, à la fin de notre désormais traditionnel premier jour avec eux, avions prévenus nos compagnons des us quelques peu barbares des ʺ ours-écureuils ʺ, concernant le traitement des cadavres après une victoire écrasante, mais sans nous étendre plus que nécessaire sur l’horreur du sujet. En effet, ces charmantes créatures avaient l’habitude de dégrader les corps des vaincus devant les jeunes adultes bien portants qu’ils étaient parvenus à capturer, afin de tuer dans l’œuf toute velléité d’évasion que pourraient développer ces derniers. Ces mutilations, bien que post-mortem, étaient particulièrement spectaculaires, humiliantes et laissaient des traces même si le corps n’était plus qu’un tas d’ossements. A ce moment-là, ma femme et moi jugions inutile de nous répandre en détails sordides, potentiellement générateurs de jugements hâtifs, dans la mesure où, durant la première semaine de surveillance satellite, aucun de nos explorateurs n’avait été témoin d’échauffourée sanglante. De plus, malgré cet aspect de leur comportement, nos ʺ ours-écureuils ʺ vivaient au sein de sociétés fascinantes à observer et riches en enseignements – surtout eu égard à notre propre histoire, pour peu qu’on soit suffisamment humble pour admettre certaines vérités dérangeantes.

Enfin bref, quand Super Captain et ses hommes trouvèrent l’ossuaire, ils comprirent tout de suite quel genre de monstres nos ʺ ours-écureuils ʺ pouvaient être. Au-delà de leur bouille de peluche, ces petits diables étaient donc d’une extrême cruauté avec certains de leurs semblables. Sous l’influence de leurs créatures magiques, parfaitement intégrées aux villages en tant que chefs spirituels, ils agissaient comme si leur propre clan était la seule communauté importante de leur région, ne tolérant leurs voisins que parce qu’ils leur ressemblaient physiquement. Dans ces conditions, tout était prétexte pour se chicaner, même d’un arbre à un autre. Idem, les tentatives de conquêtes étant très fréquentes, dès qu’un clan réussissait à glaner trop de territoire, les jalousies alentour se réunissaient pour le faire tomber de son piédestal et rétablir un semblant de statu quo – et le plus violemment possible, tant qu’à faire. Pour Luc, ce genre de comportements impitoyables lui rappelait sa propre véhémence, lors des diverses guerres qu’il mena contre les humains puis contre ses propres frères, durant ses jeunes années. Du coup, quand il décida d’espionner un petit village encore en activité pour, soi-disant, compléter son étude, sa mauvaise conscience, alliée à sa fatigue, déjà trop pesante, entamèrent sérieusement le capital de son ʺ légendaire ʺ flegmatisme.

Pour la petite histoire, de la même façon que jadis sur Terre – ou encore à ce moment-là, sur le vaisseau-poubelle des conservateurs –, les vaincus étaient réduits en esclavage et utilisés pour les tâches les plus ingrates, difficiles et souvent humiliantes. Il n’était donc pas rare de les retrouver à ramasser des plantes fibreuses, dans des champs naturels remplis de bestioles venimeuses, ou à travailler dans les carrières de bulles de pierre vitrifiée et coupante, sous les coups de fouets et la menace d’armes de jet, à mi-chemin entre des arbalètes et des harpons. Leur existence était d’autant plus précaire qu’ils n’étaient presque pas nourris, travaillant sans relâche de l’aube au crépuscule, et souvent, en plein soleil. Vous comprendrez donc qu’après avoir assisté à une journée de labeur, démarrant entre autre par le lynchage pour l’exemple d’un prisonnier de guerre refusant d’obéir, notre Super Captain ne put se résoudre à laisser ses compagnons esclaves à la merci de tels tortionnaires. 

Pour télécharger l’intégralité de l’ouvrage, rendez-vous ici.

Votre panier

Votre panier est vide

Abonnez-vous à notre newsletter

Nos liens partenaires

Si vous aimez nos designs :
scas productions

Si vous voulez acheter d'autres trucs cools :
soazetline

Le blog des petits poètes de l'apocalypse :
ragnavox