Chap 3 : Singularités – épisode 6 – Extrait

Pour en revenir à nos cages, après avoir badigeonné le fond de ces dernières, de sorte qu’on ne puisse plus voir le sceau maléfique, et demandé à nos amis de se tenir aux barreaux, Caysha se concentra sur l’incantation qu’elle se répétait en pensée. Là, une intense lumière émana desdits sceaux et les cages s’ouvrirent par le dessous toutes en même temps. Nos amis, enfin libres, purent donc être rapatriés par téléportation sur leur navette, où les autres membres de leur équipage étaient prêts à les soigner. En parlant de ça, comme plus rien ne s’opposait à ce que ma femme s’occupe de mon cas, je l’ai donc laissée me charcuter tout son comptant. Et à dire vrai, être étendu devant elle tenant un objet tranchant non identifié, un OTNI – je plaisante, c’était un scalpel de son invention avec une lame en diamant –, est la dernière chose dont je me rappelle. Pour faire court, je me suis réveillé plusieurs heures plus tard, libéré de tous mes éclats de cristal et de la douleur qu’ils induisaient.

Etant insensible aux anesthésies chimiques, Caysha avait dû m’ensorceler pour que je m’endorme car j’étais allongé là, à proximité du feu qu’elle avait allumé pour mitonner sa potion anti-cages magiques et celui-ci était presqu’éteint. Elle-même n’étant plus à mes côtés, mon premier réflexe fut de l’appeler par télépathie mais comme elle ne me répondait pas, j’ai suivi son odeur jusqu’à l’entrée de la grotte. Elle gisait là, adossée au mur et incapable de bouger tant son niveau d’énergie était bas. Elle ne souffrait pas, elle était juste allongée là, épuisée, dans une sorte de transe comparable à une paralysie somnolente. Néanmoins, je percevais qu’elle était pleinement conscience de ce qui se passait autour d’elle, c’était déjà ça. D’ailleurs, elle n’était pas la seule à être KO puisque de l’autre côté de la barrière magique qu’elle avait érigée, il y avait une bonne quinzaine de ʺ rats-gorilles ʺ étendus les uns sur les autres, complètement assommés.

Comme à notre habitude, en prenant ma sorcière dans mes bras, l’apport de mon énergie fit qu’elle s’éveilla immédiatement, nous faisant légèrement briller tous les deux un court instant. Là, je m’enquis de son état et une fois rassuré, elle me rapporta ce que ma ʺ petite ʺ sieste me fit louper. Il faut savoir qu’on ne maîtrisait pas encore très bien tous les aspects de notre interdépendance énergétique, j’étais donc toujours inquiet pour elle quand je sentais son niveau d’énergie vitale baisser de trop. Ça, je peux vous assurer qu’on avait toujours en mémoire les heures sombres de notre séparation, qui, pour rappel, m’avait transformé en psychopathe hystérique et elle, en droguée, accroc aux calmants, et machine à faire des momies – première conséquence d’absorber l’énergie d’un mortel au lieu de la mienne. Du coup, même si par la suite, nous nous rendîmes compte que tant que nous restions ensemble, le manque d’énergie ne nous occasionnait rien de plus qu’une phase de sommeil pour moi et une paralysie pour elle, vous comprendrez que la voir là, à proximité d’autant de corps gisants sur le sol, me rendit quelque peu nerveux.

Pour télécharger l’intégralité de l’ouvrage, rendez-vous ici.

Votre panier

Votre panier est vide

Abonnez-vous à notre newsletter

Nos liens partenaires

Si vous aimez nos designs :
scas productions

Si vous voulez acheter d'autres trucs cools :
soazetline

Le blog des petits poètes de l'apocalypse :
ragnavox