Chimères

La saga des éternels

Chap 2 : Humilité – épisode 1 – Extrait

Il nous aura donc fallu attendre huit ans et le système de Lambda Andromedae, pour enfin voir et surtout rencontrer des petits hommes verts – en vrai, ils étaient globalement cramoisis mais bon, vous m’avez compris. Ce système regroupait sept planètes, dont deux dans la zone d’habitabilité de l’étoile A. La première orbitait à 1,3 unités astronomiques et baladait une petite lune, presque de la même taille que feu notre Mercure, elle aussi habitée. La seconde, sensiblement de la même taille que la première, soit environ 1,5 fois la Terre, orbitait littéralement à l’opposée de celle-ci et dans le même ʺ couloir ʺ. Ces trois mondes étaient non seulement habités mais en plus, leurs résidents entretenaient des relations interplanétaires. A dire vrai, ils étaient plutôt bien lotis car protégés de toute menace extérieure par une ceinture d’astéroïdes assez dense, qui les isolait du reste de leur système – sauf si ladite menace maîtrise la téléportation, comme nous… Mais bon, au-delà de ça, ce qui nous frappa en premier c’est que ces trois planètes, pourtant très différentes les unes des autres, étaient habitées par les mêmes créatures, majoritairement originaires de la planète esseulée – sans satellite, quoi.

Celle qui gravitait accompagnée de sa lune et que nous renommâmes P3XLANDA1, bien que ses résidents l’appelaient affectueusement ʺ La Ferme ʺ – traduction littérale –, avait été colonisée par nos petits hommes cramoisis, qui l’utilisaient donc comme ferme géante. Sa Lune, elle, rebaptisée par nos soins P3XLANDA1S, leur servait d’avant poste d’observation spatial et était, comme feue la nôtre, dépourvue d’atmosphère – ses habitants la nommaient ʺ Plate ʺ, en référence au nom d’une déesse d’un de leur panthéon antique. Quant à la troisième planète – après le soleil, donc –, bien que son orbite soit à la même distance que sa ʺ jumelle ʺ, elle n’avait que peu de point commun avec cette dernière, mis à part ses habitants. En effet, celle que nous appelâmes P3XLANDA2 – traduit ʺ Maison ʺ pour ses intimes –, n’était qu’un désert géant, ponctué de nombreux oasis, tapis sous des structures de verre, et grands comme feu notre Luxembourg.

Ils abritaient une population hétéroclite de créatures protéiformes, avec néanmoins une large dominante : nos fameux bonshommes cramoisis. Ces derniers étaient bipèdes et possédaient quatre membres supérieurs, se terminant par des mains à trois doigts, dont un pouce opposable, comme nous. Leur tête ressemblait dans la forme à celle d’un caméléon et leur peau était recouverte de petites plumes multicolores sur fond de poils courts, cramoisis. Ils faisaient tous moins d’un mètre de haut et élevaient toutes sortes d’ ʺ animaux de compagnie ʺ, genre mollusques grands comme des chiwawas. Les différentes ethnies étaient différenciables par les couleurs et les motifs dessinés par leurs plumages. Ils portaient des vêtements uniformes, presque identiques qu’ils soient mâles ou femelle, tout en nuances de gris et qui contrastaient beaucoup avec leur plumage – une tunique à quatre manches pour le buste et un pantalon jupe, plissé à l’entrejambe, pour couvrir le bas du corps. Leur société, de type féodale, était extrêmement hiérarchisée et plus leur uniforme tirait vers le blanc, plus ils étaient hauts placés. Leur niveau de développement technologique était particulièrement impressionnant car ils maîtrisaient parfaitement la gestion de leurs ressources et les voyages spatiaux sur de ʺ courtes distances ʺ, même si leurs vaisseaux, mus par propulsion, ne leur permettaient pas encore d’explorer au-delà de leur barrière d’astéroïdes…

Pour télécharger l’intégralité de l’ouvrage, rendez-vous ici.