Chimères

La saga des éternels

Chap 11 : L’univers est petit – épisode 4 – Extrait

Bien sûr, après leur départ, vous vous doutez bien qu’on ne s’éternisa pas sur place non plus. Non, nous prîmes même la poudre d’escampette, à peine le dernier vaisseau pirate disparu. Surtout, maintenant que nous savions comment Maedlina nous avait retrouvés, nous sécurisâmes magiquement l’information qui nous avait trahis et, histoire d’être sûrs, nous refîmes un tour d’horizon pour couvrir tous les angles, même indirects, susceptibles de mener à nouveau la Guilde jusqu’à nous. Pour tout vous dire, nous allâmes même jusqu’à protéger la composition chimique de chaque objet ou être vivant présent sur le vaisseau. Et donc, après cinq nouveaux passages à travers divers trous noirs, nous nous retrouvâmes en plein milieu de la Galaxie du Fuseau – M102 pour les intimes –, où nous nous posâmes pour fêter notre victoire méritée, une fois notre périmètre de sécurité redéployé, bien évidemment. C’était la liesse à bord d’Ouranos, je ne vous raconte pas… enfin si, je vous raconte. Caysha et moi étions de nouveau les héros de l’équipage et malgré les rabat-joie habituels, nous étions plus unis que jamais. Comme quoi, rien de tel que des ennemis communs pour rapprocher les gens. Forts de notre victoire, nous poussâmes même l’audace jusqu’à inviter Zeus et sa sœur à se joindre à la fête car, après tout, notre exploit du jour n’aurait simplement pas été possible sans eux. Les Sphinx débarquèrent donc quelques dizaines de minutes plus tard sur la place de la ville du milieu du vaisseau père, où nous avions entamé un barbecue géant avec au menu, je vous le donne en mille, du mouton à la broche, connaissant leur goût commun pour cette créature.

La fête dura comme ça près d’une semaine entière puis, doucement, nous reprîmes notre routine, à la différence près que nous ne surveillions plus la Guilde. En fait, après cette confrontation, nous étions sûrs d’au moins une chose : Pokï n’allait certes pas s’avouer vaincu mais tant qu’il ne ferait pas appel à son père, ce qui ne risquait pas d’arriver tout de suite vu son égo, il ne représentait plus une menace pour nous. Quant à nos géants bleus, leur couardise et leur défaite cuisante aidant, nous étions convaincus que leurs ardeurs étaient calmées pour un bon moment – là, le mot ʺ convaincus ʺ est très important.

Pour télécharger l’intégralité de l’ouvrage, rendez-vous ici.