Chap 11 : L’univers est petit – épisode 1 – Extrait

Bon, soyons clairs, même si nos progrès étaient de plus en plus spectaculaires, à mesure que nous nous entrainions avec les Sphinx, notre petite escarmouche fantomatique en territoire ennemi ne fut pas du goût de tout le monde sur Ouranos, loin de là. En fait, même avec le soutien plein et entier de la famille, certains de nos détracteurs profitèrent de la publication de notre rapport de mission, pourtant très succinct, pour mettre en lumière un défaut majeur dans notre cuirasse : sans Junon et son frère, Caysha et moi ne nous serions jamais réexposés volontairement à la Guilde. D’accord, je l’admets, écrire que nous nous étions rendus sur une planète appartenant à Pokï et à ses sbires, sous prétexte d’y tester nos nouveaux pouvoirs, en évitant soigneusement de faire allusion à tout le côté ʺ Au-delà du réel ʺ de l’affaire, ce n’était peut-être pas la meilleure des idées. Ceci dit, vous vous doutez bien qu’on ne pouvait pas non plus raconter l’histoire de l’âme damnée, des immortels surpuissants, pas si invulnérables, du Mal qui s’échappe du Purgatoire de temps à autres parce que son gardien est en conflit avec sa mère…, vu ce que ça impliquait pour nos ʺ coachs ʺ. Nous fîmes donc le choix de décrire cette incursion comme un simple test – ce qui n’était pas tout à fait faux non plus –, au risque de passer pour, je cite : ʺ des inconscients, dangereux et manipulables à souhait ʺ. On aurait aussi pu ne rien dire du tout mais cacher quelques aménagements de vacances c’est une chose, se remettre en danger sachant qu’un vaisseau entier compte sur nous, c’en est une autre.

Pour tout vous dire, la plupart des attaques visant à nous discréditer venaient habituellement d’une certaine catégorie d’Ouranautes, des orphelins de conservateurs pour la plupart. Ils étaient minoritaires et souvent ignorés mais à force de tirer sur la corde, plusieurs de leurs arguments finirent par trouver de l’écho chez d’autres membres d’équipage qui, jusque-là, ne remettaient pas en cause la politique de Luc. Du coup, vous vous doutez bien que cette histoire fut du pain béni pour eux, alors même que nous nous en étions très bien sortis. Honnêtement, de notre point de vue, d’autant plus maintenant que nous passions le plus clair de notre temps sur Mini-Gaïa ou en mission pour le programme Open Space, leurs gesticulations de frustrés nous passaient complètement au-dessus. En clair, nous avions d’autres chats à fouetter mais pour le reste de la famille, surtout Super Captain Luc et son second Fred, directement confrontés à leurs invectives répétées, c’était déjà plus difficile à gérer. Ça devint même si problématique, qu’après l’affaire de l’âme damnée, notre capitaine vint nous voir pour nous demander de ralentir un peu le rythme avec les Sphinx, du moins, le temps que le débat retombe sur Ouranos. La famille étant au cœur de nos préoccupations, il était évident que nous n’allions pas lui refuser ça, nous fîmes donc profil bas quelques temps. Ce ne fut pas très facile de nous contenter de vaquer à nos occupations habituelles, en ne nous entrainant plus avec nos ʺ coachs ʺ qu’à l’abri des regards, mais nous tînmes bon et, pendant un moment, ça fonctionna. Les Sphinx se montrèrent compréhensifs, la tension retomba un peu sur Ouranos et notre capitaine démon, qui, par ailleurs, devenait de plus en plus grisonnant, put rassoir son autorité auprès de l’opposition.

 

Pour télécharger l’intégralité de l’ouvrage, rendez-vous ici.

Votre panier

Votre panier est vide

Abonnez-vous à notre newsletter

Nos liens partenaires

Si vous aimez nos designs :
scas productions

Si vous voulez acheter d'autres trucs cools :
soazetline

Le blog des petits poètes de l'apocalypse :
ragnavox