Chap 10 : Mobilisation générale – épisode 2 – Extrait

Quoi qu’il en soit, après cet épisode macabre, ils se remirent au travail avec une cadence encore plus soutenue, de nuit comme de jour. Plus personne ne contesta l’autorité et c’est limite si les gens ne furent pas enchaînés à leur poste, à trimer comme des bêtes de somme. Malgré nos avertissements, ces assassins avaient choisi leur destin et la grande majorité en payaient déjà très cher les conséquences. Evidemment, même après l’hécatombe, ils réalisèrent que leur gestion catastrophique de leurs ressources n’allait pas leur permettre d’être serein bien longtemps, une fois dans l’espace. Ils revinrent donc vers nous, afin de renégocier des vivres supplémentaires, prétextant que nous n’avions jamais eu affaire aux nouveaux pontes et que ces derniers étaient bien plus respectueux que leurs prédécesseurs – ben voyons ! Bien que notre emploi du temps fût particulièrement chargé, Caysha et moi accédâmes à leur demande et un rendez-vous fut fixé le 28, en début d’après-midi.

Bon, ils l’ignoraient mais nous gardions toujours un œil sur eux, depuis notre base, et savions donc que notre plan pour les punir était en très bonne voie de réalisation. Il faut dire que je pouvais déjà me connecter à la planète entière, de sa lune jusqu’à son noyau, et ainsi percevoir tout ce qui s’y passait, au prix d’un peu de concentration. Par conséquent, c’était assez difficile de me cacher des choses. Quant à ma sorcière, avec son savoir universel, on avait même accès aux plans de leur vaisseau, dans ses moindres détails. Nous savions que cette entrevue n’allait pas mener à quelque chose de concret, surtout connaissant nos hôtes, mais elle allait nous permettre de mettre certaines choses au clair avec eux et rien que pour ça, ça valait bien quelques minutes de notre temps. Et comme nous ne voulions pas qu’ils pénètrent notre périmètre, toujours protégé magiquement, nous nous sommes directement rendus dans leur fief de Huntsville. A notre arrivée, nous fûmes accueillis en grande pompe par le moscovite, aux bras de deux pinups et suivi par quatre gardes, lourdement armés.

Mr Gödzinsky : ʺ Bienvenue mes amis. Venez donc, suivez-moi. ʺ

Il était fier comme un paon d’exhiber ses ʺ conquêtes ʺ court vêtues et tout juste pubères et de nous montrer son autorité avec ses gardes du corps. Caysha était particulièrement révulsée par ce genre de misogyne, bête et méchant, sachant pertinemment le sort réservé aux filles/femmes sous son joug – j’étais moi-même ulcéré mais pour elle, c’était littéralement épidermique. Il nous conduisit ensuite dans la salle de détente des anciens cadres de la NASA, où nous attendaient ses deux acolytes. Très honnêtement, cette salle n’avait plus grand-chose à voir avec ce qu’elle était à l’origine. Ils l’avaient littéralement transformée en une espèce de boîte de strip-tease, avec des filles un peu partout, se trémoussant sur des pole dance imaginaires, le tout dans une ambiance moite, alcoolique et très enfumée – on se serait cru dans un mauvais film de mafieux, des années 80. Et comme de bien entendu, ils avaient chacun deux filles à leurs bras mais quand ils virent l’expression de ma femme, ils les congédièrent, manu militari. Leurs gardes firent de même avec les autres stripteaseuses, si bien qu’il ne resta bientôt plus que nous cinq, entouré d’une trentaine de gardes armés et franchement nerveux.

 

Pour télécharger l’intégralité de l’ouvrage, rendez-vous ici.

Votre panier

Votre panier est vide

Abonnez-vous à notre newsletter

Nos liens partenaires

Si vous aimez nos designs :
scas productions

Si vous voulez acheter d'autres trucs cools :
soazetline

Le blog des petits poètes de l'apocalypse :
ragnavox