Chap 1 : La dérive des survivants – épisode 1 – Extrait

Voix de Vinsen : ʺ 1-2-1-2 test micro… ʺ

Voix flottante de Caysha à bonne distance : ʺ C’est bon, on le sait qu’il fonctionne ton micro ! ʺ

Bruit sourd de porte qui claque.

Voix de Vinsen : ʺ Reprenons… ʺ

Voix flottante de Caysha, toute proche : ʺ Je suis toute ouïe… ʺ

 

Salut à toutes et à tous, c’est de nouveau moi, Vinsen, mais si souvenez-vous, l’éternel de la Terre… La dernière fois, je vous ai raconté comment ma femme, l’impertinente mais néanmoins charmante créature qui n’arrête pas de m’interrompre, et moi-même avons ʺ sauvé les meubles ʺ avant l’inévitable destruction de notre planète. Comment nous évoluâmes du statut de simples mortels à celui d’archives ambulantes aux pouvoirs démesurés, en passant par celui de libérateurs de peuples opprimés ou de tueurs de masses – oui ben, on fait ce qu’on peut… Et comment, après de nombreuses péripéties et autres déboires, nous nous retrouvâmes à la tête d’environ quatre cent mille âmes errantes dans l’espace – sans compter les animaux –, à bord d’un énorme bijou volant. Je me souviens qu’à l’époque, après tout ce qui nous était tombé dessus, j’avais eu peine à réaliser que cette dernière année sur Terre n’en avait duré qu’une et non dix. Et dire que ce n’était qu’un bon début…

Une fois livrés à nous-mêmes dans le vide spatial, nous gardâmes le cap vers la galaxie d’Andromède tout en étudiant, à chacun de nos bonds, les environs immédiats de notre position. Nous fûmes très vite hors de portée de l’expansion de notre bon vieux soleil et grâce à notre super vaisseau, nous pûmes parcourir de très grandes distances en relativement peu de temps. ʺ Relativement ʺ car il nous fallut quand même presque un an rien que pour aller jusqu’à l’étoile la plus proche, Gliese 15, et y recharger nos batteries. En chemin, Caysha et moi tînmes les rôles d’éclaireurs et de cartographes, grâce à son don de savoir universel, pendant que nos survivants se concentraient sur la gestion de leur patrimoine miniaturisé et l’entretient d’Ouranos, le gros ʺ caillou volant ʺ.

Nous gardions un contact constant avec eux depuis le Bohemian Galaxy, notre vaisseau personnel, et après quelques mois, utilisâmes même Mini-Gaïa, notre jolie mini planète concédée à la Croisée Des Chemins, comme base d’avant-poste. Malgré la contraction temporelle qui règne là-bas – rappelez-vous qu’une heure sur place représente six jours dans la ʺ réalité ʺ –, c’était pratique de pouvoir s’y rendre à chaque fois que nous avions besoin de recharger notre énergie vitale ou de réfléchir sereinement. Enfin, ça c’était avant que ma sorcière mette en place un relais de communication magique permettant à Ouranos de nous contacter même là-bas. Ben oui, fini la tranquillité quand deux gemmes ensorcelées et jumelées, suffisent pour transmettre des messages instantanément au travers des milliards de minis trous de ver qui garnissent l’infiniment petit – surtout si, comme moi, vous avez un beau-frère à tendance pot de colle. Pour info, les ʺ minis trous de ver ʺ en question sont comme ceux à l’intérieur des trous noirs, à la différence qu’ils sont présents partout et sont juste assez grands pour laisser passer certaines formes d’énergie.

Mais bon, de toute façon, nous ne restions jamais très longtemps sur notre mini planète car à part une tente, de la pelouse et cette atmosphère singulièrement oppressante, on s’y sentait vite seuls – même avec les distractions qu’on y a accumulé au fil du temps. D’ailleurs, malgré le fait que les mortels ne sont clairement pas les bienvenus à la Croisée Des Chemins, il nous est arrivé plus d’une fois d’organiser des après-midis barbecue avec la famille, pour aider à passer le temps. On s’arrangeait juste pour que l’un d’eux reste sur Ouranos, afin d’assurer le commandement – pour mémoire, Luc était capitaine et avait choisi nos autres proches comme seconds. Autre précision, dans la mesure où, à l’époque, je n’étais pas encore assez fort psychiquement pour y transporter autre chose que ma ʺ petite ʺ personne, c’était toujours ma pimousse – dix fois plus puissante que moi à ce niveau – qui ramenait des gens ou du matériel sur place.

Pour télécharger l’intégralité de l’ouvrage, rendez-vous ici.

Votre panier

Votre panier est vide

Abonnez-vous à notre newsletter

Nos liens partenaires

Si vous aimez nos designs :
scas productions

Si vous voulez acheter d'autres trucs cools :
soazetline

Le blog des petits poètes de l'apocalypse :
ragnavox